Pref Borie CanetLe pâturage, un pilier de l’autonomie !

A l'invitation de la Confédération paysanne 19, Bertrand Gaume, Préfet de la Corrèze, Tony Cornalissen, Président de la Chambre d'Agriculture, et François Geay, directeur de la DDT, se sont rendus chez Marie-Hélène Borie et FLorent Canet à Mestes, non loin d'Ussel en Haute-Corrèze. L'objectif, les sensibiliser sur l'autonomie alimentaire et protéique en élevage et la maîtrise des charges opérationnelles.

 A l'heure où le revenu paysan est au plus bas, nombreux sont les producteurs qui cherchent à réduire leur charges, faute de pouvoir faire valoir un prix du lait rémunérateur. S'il est essentiel de se battre pour se prix rémunérateur, la recherche d'autonomie sur les fermes est une démarche qu'il faut développer.Marie Hélène installée en 1982 et Florent en 1999 sont producteurs de lait valorisé en AB avec Biolait. Ils produisent 289.000 litres de lait an avec 54 vaches laitières. Le passage en AB en 2010 est la suite logique de tout le travail réalisé en amont sur la meilleur utilisation possible de l'herbe. C'est une une surface fourragère en adéquation avec les besoins du troupeau qui permet une quasi disparition des coûts liés à l’alimentation. Sur cette ferme, 86% de la SAU est en prairie où les vaches trouvent une herbe composée de graminées et riche en légumineuses. Les autres surfaces sont utilisés pour produire des méteils qui donneront l’énergie et les protéines nécessaires aux animaux sans passer par l’achat de tourteaux. La gestion du pâturage est la clef de compréhension de ce système.

C’est 100% de l’aliment qui est autoproduit. Sur les 209€ dépensés par UGB, en réalité 155€ retournent à atelier céréales au lieu de partir chez un fournisseur extérieur. Les charges restantes concernent les minéraux pour le cheptel mais entrent dans l’aliment en comptabilité. La dépendance aux intrants chimiques est nulle de par la production en AB. On notera une augmentation des charges liées à la mécanisation entraînée par l’autoproduction de l’aliment avec 262€/1000L contre 109€ pour la référence du département. Mais même avec cette hausse, les résultats technico-économiques du GAEC sont nettement supérieurs au groupe témoin s’agissant des charges opérationnelles et le niveau d'endettement (26% contre 40% pour la référence. En aucun cas, la valorisation en AB ne peut expliquer ces résultats, puisqu'il s’agit ici uniquement des charges opérationnelles.

Le prix du lait en AB permet une meilleure valorisation du travail fournit pour 145.000l/UTH et des vaches à 5660 litres. La rentabilité de l’exploitation ne repose pas que sur la productivité mais les choix de Marie-Hélène et Florent. Ici, dans leur façon de produire et de commercialiser. L’autonomie décisionnelle qui va, normalement, de pair avec le statut de chef d’exploitation est cruciale. Trop souvent les exploitants dépendants de fournisseurs perdent cette autonomie et ne sont plus maîtres de leurs choix techniques, et à terme de leur avenir. Cette autonomie technique et décisionnelle permet au GAEC de définir sa propre stratégie que ce soit sur la génétique du troupeau , ou le matériel acquis en propriété. Le choix de Marie-Hélène et Florent est de s’équiper pour soulager une charge de travail déjà conséquente pour la partie élevage ( astreinte de la traite 7/7 jours, 365 jours/an). Il faut désormais y rajouter un travail du sol plus exigeant en AB. La politique d’équipement se justifie par la nécessité de gagner du temps sur un planning chargé, tout en améliorant les conditions de travail.

.

Cet échange fut également l’occasion pour  la Conf’19 et son porte-parole Michel Limes de rappeler au préfet et au président de la chambre d’agriculture,  l’importance de faire valoir au sein des centres et organismes de formations le modèle agriculture paysanne à travers des cas de réussite concrète tel que celui du GAEC Borie-Canet. A la suite de cette visite productive, tous les participants ont pu se retrouver autour d'un buffet paysan préparé par le Panier Paysan de Haute Corrèze, pour échanger sur l'actualité agricole du département dans un cadre convivial. Retrouver toutes les photos de la visite sur notre page facebook

Agriculture paysanne

L'ADEAR Limousin

ADEARLimousin RAP2

05.87.50.41.03
contact@adearlimousin.com

INPACT Limousin

 logo inpact limousin

05.87.50.41.03
contact@adearlimousin.com

LA FADEAR

FADEAR logo

 01.43.63.91.91  
contact@fadear.org

Journal régional

229 AA.couverture