La commission des comptes de l’agriculture vient de se réunir pour constater, comme tous les six mois, que le nombre de paysans diminue. Hier, le Conseil supérieur d’orientation du ministère de l’Agriculture devisait salle Sully sur les investissements dans les fermes et notre compétitivité nationale. Pendant ce temps-là, les éleveurs de porcs, de bovins viande et de vaches laitières appellent à l’aide. Et s’il y avait un lien ?

Les chiffres de la commission des comptes sont clairs, le prix de la grande majorité produits agricoles est en chute, et les volumes augmentent. On incite donc les paysans à compenser la baisse des prix par une augmentation de la production, donc de l’investissement, donc de l’endettement, donc du temps de travail. Et on ne gagne toujours pas plus ! Mais c’est « compétitif » selon les courbes du ministère, et tant pis si chaque jour des hommes et des femmes doivent quitter le métier.

On se rassurera en apprenant que la commission des comptes de l’agriculture va désormais travailler sur toutes les agricultures (petites fermes, diversité des territoires…) et prendre en compte l’évolution du nombre d’actifs agricoles. On se sentira soulagé de lire que l’usine des 1000 vaches devra, dans les 15 jours, être ramenée à 500. Mais doit-on pour autant s’en satisfaire quand on sait que les petites fermes sont chaque jour dénigrées et empêchées d’exister par des règlementations faites pour l’industrie alors qu’elles sont créatrices d’emploi et de dynamique des territoires ? Peut-on laisser croire que l’avenir des producteurs laitiers est aux usines de 500 vaches qui écrasent les prix et avec eux tous les éleveurs qui font leur métier avec compétence et passion et souhaitent simplement en vivre ?

Après le Conseil supérieur d’orientation d’hier, il est temps d’admettre que le seul objectif est de sauver la production, pas les producteurs. Tous ces paysans qui disparaissent chaque jour c’est une incroyable richesse qui s’efface. Soyons clairs : les agri-managers ne sauveront ni le climat, ni les territoires ruraux, ni la gastronomie, et surtout pas l’emploi !


Contacts :

André Bouchut, Commission des comptes de l’agriculture : 06 73 39 58 99

Laurent Pinatel, Porte-parole : 06 80 58 97 22

Agriculture paysanne

L'ADEAR Limousin

ADEARLimousin RAP2

05.87.50.41.03
contact@adearlimousin.com

INPACT Limousin

 logo inpact limousin

05.87.50.41.03
contact@adearlimousin.com

LA FADEAR

FADEAR logo

 01.43.63.91.91  
contact@fadear.org

Journal régional

229 AA.couverture