Sur le territoire du Parc Naturel Régional de Millevaches en Creuse à 800 m d’altitude, un projet de centre d'engraissement de 1000 jeunes bovins voit le jour avec 1.100.000 € de fonds publics (625.000 € de subventions de l’Etat+Région+Département 23, 350.000 € d’emprunts et 125.000 € de fonds propres de la Communauté de Communes)

La Confédération paysanne ne remet pas en cause le fait que des paysans finissent leurs animaux ou s'unissent pour le faire dans la mesure où l’alimentation est produite de manière autonome et où ces mêmes paysans sont maîtres de leurs débouchés.

A Saint Martial le Vieux sur la Communauté de Communes des Sources de la Creuse ce qui nous inquiète c'est que des agriculteurs se sont alliés avec la société SVA Jean Rozé

qui est l'un des principaux opérateurs du marché français de la viande. En effet, l'objectif de cet industriel est de faire un maximum de bénéfices en baissant les prix de vente, dans un but d'exportation uniquement. Cela commence déjà par le nombre d'emploi dérisoire créés par la "SAS Alliance Millevaches", à savoir 2 ouvriers et 1 gestionnaire.
Ce système d'intégration agro-industriel fait et fera disparaître des éleveurs et leur savoir-faire.

Ce qui nous inquiète également c'est de réunir 1000 jeunes bovins de provenance diverse dans un même bâtiment. Cette concentration des animaux augmente les risques de maladies et généralise les traitements antibiotiques systématiques.

De plus, la totalité de la nourriture de ces animaux sera achetée dans un rayon de 150 km et acheminée par camion. Le transport de ces animaux et de leur alimentation représente un trafic de 1,5 camion par jour.

Un projet industriel de cette envergure n'a pas sa place sur le territoire d'un Parc Naturel Régional.


Par ailleurs, c’est la partie non agricole, photovoltaïque et méthanisation, qui assure la rentabilité du projet. L’agriculture ne doit pas devenir un sous produit d’autres activités plus lucratives.

Nous sommes donc très loin d'une agriculture responsable des enjeux sociaux et écologiques de son territoire qui seule peut être garante d'une alimentation saine pour nos concitoyens.


La Confédération paysanne demande aux collectivités territoriales d'aider à la création d'un label « viande limousine PNR Millevaches » où les animaux seront finis de façon autonome sur des fermes à taille humaine.

Et si aide publique il y a, elle doit aller à ces élevages qui sont à la fois la vie de nos territoires et l'avenir d'une agriculture responsable.

 ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le Conseil d’Administration de la Confédération paysanne creusoise

Soutenu par la Confédération paysanne de la Corrèze et de la Haute-Vienne

Contact : Jean-Bernard TEUMA, Confédération paysanne 23  05.55.66.53.87



Agriculture paysanne

L'ADEAR Limousin

ADEARLimousin RAP2

05.87.50.41.03
contact@adearlimousin.com

INPACT Limousin

 logo inpact limousin

05.87.50.41.03
contact@adearlimousin.com

LA FADEAR

FADEAR logo

 01.43.63.91.91  
contact@fadear.org

Journal régional

229 AA.couverture