La Confédération Paysanne Creusoise a organisé Mardi 11 Février dernier une action symbolique devant la DDT à Guéret pour dénoncer une politique agricole excluant les petits paysans et en total désaccord avec le discours du ministère qui veut promouvoir la diversification des exploitations. Le point presse s'est donc déroulé suite à la réunion de la Commission Départementale d'Orientation Agricole Agridiff (CDOA Agridiff) dont le but est de débloquer une aide pour les agriculteurs en difficulté qui seront de plus en plus nombreux si la ligne politique du gouvernement ne change pas !

Cette mobilisation visait à interpeller le ministère qui a proposé un seuil d'éligibilité à la PMTVA à 10 vaches, ce qui pénalise fortement les éleveurs pour qui, l'arrêt du versement de cette prime, risque d'être fatale. "M. Le Foll si vous voulez des des éleveurs plutôt que des chômeurs, il ne faut pas de plancher mais des plafonds ! "   

Parmi les paysans "sur le front" ce jour Laurent BERNARD, installé en Creuse depuis 1997, éleveur de vaches allaitantes et de chèvres en production laitière transformation fromage, le tout en bio et commercialisation en circuit court. Au début, Laurent était "spécialisé" en vaches et dépassait largement le seuil des 10 demandé aujourd'hui mais il a fait le choix de se diversifier en développant l'atelier chèvre et en diminuant son troupeau bovin. A ce jour, il ne lui reste plus que 8 vaches, ce qui est cohérent par rapport aux 7 droits PMTVA qu'il avait réussi à obtenir ; cependant, si la décision ministérielle est appliquée, il ne voit pas comment il pourra combler ce manque qui s'élèvera à près de 1400 € (alors que de surcroit il participe à la sauvegarde d’une race ancienne, la Ferrandaise qui compte aujourd’hui moins de 1000 têtes)

"Je suis très en colère d'autant plus que cette décision s'ajoute à beaucoup d'autres politiques allant à l'encontre des petits paysans. C'est l’accumulation de ces choses qui font que mon exploitation est en difficulté alors que ma ferme tourne bien avec un chiffre d'affaire important, je suis passé depuis peu au réel et j'emploie même quelqu'un 8 mois dans l'année !" s'indigne Laurent !   


Pour mémoire, sur notre Région, en moyenne 10 % des exploitations détenant des vaches allaitantes possèdent aujourd'hui moins de 10 mères (c'est 8% des exploitations éligibles à la PMTVA).

Si le seuil est porté à 30 vaches, c'est 30 % des exploitations detenant aujourd'hui des droits qui seront pénalisées !


Agriculture paysanne

L'ADEAR Limousin

ADEARLimousin RAP2

05.87.50.41.03
contact@adearlimousin.com

INPACT Limousin

 logo inpact limousin

05.87.50.41.03
contact@adearlimousin.com

LA FADEAR

FADEAR logo

 01.43.63.91.91  
contact@fadear.org

Journal régional

229 AA.couverture