URGENCES PAC : pour  la souveraineté alimentaire, la pérennité de nos fermes limousines et la vitalité de nos territoires ruraux, passons du discours aux actes !!!

« Il nous faut avoir une vraie stratégie nationale de souveraineté alimentaire … on doit développer une stratégie de souveraineté pour les protéines ….. Les agriculteurs sont porteurs de réponses aux questions que la société se pose et nous devons saisir l’opportunité de la prochaine PAC pour rémunérer davantage les agriculteurs pour leur engagement environnemental. J’ai pris des engagements clairs pour ce qui est de la France avec les 200 millions d’euros de rémunérations pour les services environnementaux. La PAC doit aussi le faire. Pas dans une PAC qui se réduit mais avec des engagements clairs… verdissement renforcé, mesures agroenvironnementales et climatiques plus ambitieuses, plan protéines renforcé, accélération du développement de la bio seront des orientations budgétaires fortes de la PAC mais cohérentes aussi avec nos orientations »

C’est ainsi que M. Le Pdt Emmanuel Macron adressait ses vœux ce mois de janvier 2018 au monde agricole. Pourtant aujourd’hui, Monsieur le Ministre, sur le terrain, les actes et réalités sont tout autres.

1. Non reconnaissance des landes et parcours à dominante ligneuse comme éligibles aux aides PAC 2017 en Limousin.

Alors qu’en Corrèze, Creuse et Haute Vienne, des paysan-nes répondent aux attentes de la société de productions de qualité respectueuses de l’environnement, mettent en place des systèmes économes et autonomes de conduite de leurs troupeaux, en entretenant, entre autre, des espaces du PNR Millevaches à dominante ligneuse (landes à bruyères notamment), suite à des décisions ministérielles prises sans aucune concertation, ce sont des centaines d’hectares « à dominante ligneuse » qui sont devenus non admissibles aux aides de la PAC 2017.  Plus de 500 fermes touchées ....et les éleveur-ses concernés ne découvrent le « pot au roses » qu’à l’occasion des 1er contrôles PAC.

Or, les conséquences en sont pour eux dramatiques avec la suppression de la totalité des aides publiques sur ces surfaces :

  • suppression des DPB
  • perte de l’ICHN
  • suppressions des éventuelles MAE contractualisées sur ces surfaces
  • suppressions des éventuelles aides bio contractualisées sur ces surfaces
  • possibilité de surcroit que l’ASP estime que le paysan(ne) déclarant est un fraudeur avec des pénalités en cascade !

Ce n’est donc pas un problème anecdotique comme on peut craindre que cela paraisse au Ministère. C’est l’existence même de nos fermes limousines qui est en jeu. Celles-ci entretiennent et valorisent des surfaces dont une majorité sont classées en zone Natura 2000 et sont accompagnées par des dispositifs d’aides publiques pour revitaliser l’élevage allaitant notamment ovin et faire du plateau de Millevaches un territoire vivant et attractif !

A ce jour le Ministère dispose encore d’un levier d’action via le règlement Omnibus en notifiant à l’Europe avant le 31 Mars prochain son souhait de voir réintégrées ces surfaces pastorales où les ressources fourragères ligneuses sont prédominantes !

Si rien ne bouge rapidement, des fermes sont condamnées à disparaître et les paysages à se refermer

 

2. Arrêt de l’aide couplée aux légumineuses fourragères en mélange pour les prairies

En vue d’aller vers des pratiques vertueuses permettant une « stratégie de souveraineté alimentaire pour les protéines » pour leurs élevages, des aides couplées aux légumineuses fourragères ont été mises en place et revalorisées dès 2015. Pour nos territoires d’élevage, celles-ci ont eu des conséquences positives notamment d’aller sur des systèmes herbagers riches en protéines plus autonomes.

Une fois encore, sans concertation, nous apprenons que l’Europe et le Ministère vont supprimer à partir de la campagne 2018, l’aide couplée aux légumineuses en mélange avec des graminées fourragères. En effet, ils considèrent que les surfaces implantées en mélange prairiaux (avec + de 50% de légumineuses au semis) ne sont pas des cultures « de protéines » mais des prairies et que l’herbe n’est pas une « culture éligible » !

Pourtant en Limousin et dans tous les territoires d’élevage de nombreux groupes des CIVAM, des Chambres d’agriculture ont appuyé et inciter à enrichir les prairies en légumineuses avec des programmes d’accompagnement importants auprès des paysan-nes.

Tout comme pour les MAEC, les aides à la bio, ce sont des aides incitatives à des pratiques plus vertueuses, plus autonomes qui sont remises en cause en cours de programmation PAC !

Ces décisions vont, là encore, à l’encontre des objectifs affichés lors des vœux du Président de la République.

 De surcroit, la négociation (en même temps) d'accords de libre-échange avec le Mercosur (entre autre !) qui prévoit une ouverture à l'importation de 100 000 tonnes de viande bovine et 90 000 tonnes de viande de volaille aura pour conséquence de déstructurer un peu plus nos filières d'élevage déjà en crise. Tout cela sans prendre en compte la traçabilité douteuse de ces produits sud-américains avec des coûts de production et surtout des normes de qualité bien inférieures aux nôtres et leurs conséquences néfastes sur l'environnement sur place : déforestation, culture de soja OGM…

Monsieur le Ministre de l’Agriculture, nous comptons donc sur vous, pour faire que rapidement les engagements soient tenus, les discours concrétisés en actes forts et donc de veiller à la cohérence des orientations et décisions Ministérielles.

Nous, Confédérations Paysannes du Limousin, restons à votre disposition pour que des solutions viables et durables soient trouvées rapidement face à ces situations d’urgence pour la pérennité de nos fermes, le maintien de nos emplois paysans et la vitalité de nos territoires ruraux.

Nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, à l'expression de nos respectueuses salutations.

------------------------------------------------------------------------------

Les paysan-nes des Confédérations Paysannes du Limousin

 

Contacts

Denis CAMPMAS : 06.41.41.21.06, éleveur ovin à Peyrelevade, porte-parole Confédération Paysanne 19

Frédéric LASCAUD : 06.71.05.28.36, porte-parole Confédération Paysanne Limousin

La télédéclaration des aides animales couplées 2018 est ouverte depuis le 2 janvier.

Les demandes doivent être déposées avant le 31 janvier pour les aides ovines et caprines, et avant le 15 mai pour les aides aux bovins allaitants et laitiers
Vous trouverez les formulaires et notices au lien suivant www1.telepac.agriculture.gouv.fr/telepac/html/public/aide/formulaires-2018.html

La Confédération paysanne vous souhaite une excellente année 2018 à vous et à vos proches.

Nous vous partageons ce message de Laurent Pinatel notre porte-parole

Salut toutes et tous,
2018 donc, enfin...enfin...disons que ça pourrait peut être perçu comme un sentiment personnel cette satisfaction de ne plus être en 2017...mais non en fait.. ce "enfin" c'est plutôt..."bon, on y est!"
Ben oui, ne me dites pas que pour vous le syndicalisme c'est uniquement porter des dossiers, négocier, manifester...c'est primordial, important...essentiel...mais sérieux...
Mener campagne....
C'est ça 2018...une longue campagne..

Jacques Mezard avant son départ du Ministère de l'agriculture pour celui de la cohésion des territoires s'est engagé sur de nouvelles dates de paiement des aides de la PAC.
Vous trouverez les détails ci-dessous et le calendrier de paiement sous forme de tableau

1. Aides « surfaces » : dépôt des dossiers PAC 2017

Les dossiers PAC 2017 sont à déposer du 1er avril au 15 mai 2017 minuit pour les aides « surfaces » (Nb : Ensuite, jusqu'au vendredi 09 juin probablement,  il sera possible de télédéclarer mais avec 1% de réduction par jour ouvrable de retard). Depuis 2016, la déclaration doit être effectuée exclusivement par Internet sur le site Telepac, www.telepac.agriculture.gouv.fr

Points d’attention
•Certains déclarant ne pourront accéder au service que plus tardivement en Avril (après le 15 possiblement)  les DDT terminant l’instruction des SNA et ZDH 2016 (réception tardive de l’outil logiciel). Si après le 15/04, le service n’est toujours pas opérationnel contacter votre DDT  !

logo Region NALes appels à projets PCAE filières végétales, filières élevages avicoles et hors avicoles sont actuellement en cours. Vous trouverez tout les renseignements et les formulaires nécessaires sur la page des aides agricoles du site de la Région Nouvelle-Aquitaine ci-contre. Vous avez jusqu'au 30 avril pour déposer vos dossiers en DDT. Les prochains appels à projet PCAE auront lieu à partir du 1er mai 2017.

enviedepaysanJeudi 30 mars 2017, de 14h00 à 17h00, au Lycée Horticole de Brive - Voutezac - à Voutezac

Suite à son assemblée générale qui se tiendra de 9h30 à 12h30, la Confédération paysanne de Corrèze vous invite chaleureusement à sa conférence agricole sur le thème :

Produire à quel prix? Manger à quel prix?

Agriculture paysanne

L'ARDEAR Limousin

 logo ardear

05.87.50.41.03
adear.lim@gmail.com

INPACT Limousin

 logo inpact limousin

05.87.50.41.03
fanny.ardear@gmail.com

LA FADEAR

FADEAR logo

 01.43.63.91.91  
contact@fadear.org

Journal régional

229 AA.couverture